alt
alt Actualité alt Catalogue alt Collection alt Artistes alt Contact alt Newsletter alt
Catalogue alt alt
MF8004 | ACHETER
A.E.M. Gretry (1741-1813)
Sei Quartetti, op.3

QUATUOR THAÏS
Caroline Bayet, violon I
Elsa de Lacerda, violon II
Wendy Ruymen, alto
Kathy Adm, violoncelle

Œuvres de jeunesse, les Six quatuors opus 3 de Grétry restent en marge d’une production principalement lyrique. Nous manquons toutefois de détails précis sur la fonction première de ces pièces. Alors que certains historiens prétendent qu’il s’agissait à l’origine des Sinfonie auxquelles les parties de cors et hautbois auraient été ôtées, il semble pourtant que les quatuors aient été joués tel quel lors de son séjour à Rome. Grétry utilise dans ces quatuors un schéma harmonique et formel très classique. Par ailleurs, il traite les instruments comme s’il s’agissait de voix, dévoilant ainsi une grâce ingénue, une expression naturelle et spontanée des sentiments, plus qu’une force d’écriture. Ces pièces teintées de légèreté, leur allure entraînante, ont probablement plu au public de l’époque qui pressentait un renouveau stylistique au service de l’expression et de l’élégance.Œuvres de jeunesse, les Six quatuors opus 3 de Grétry restent en marge d’une production principalement lyrique. Nous manquons toutefois de détails précis sur la fonction première de ces pièces. Alors que certains historiens prétendent qu’il s’agissait à l’origine des Sinfonie auxquelles les parties de cors et hautbois auraient été ôtées, il semble pourtant que les quatuors aient été joués tel quel lors de son séjour à Rome. Grétry utilise dans ces quatuors un schéma harmonique et formel très classique. Par ailleurs, il traite les instruments comme s’il s’agissait de voix, dévoilant ainsi une grâce ingénue, une expression naturelle et spontanée des sentiments, plus qu’une force d’écriture. Ces pièces teintées de légèreté, leur allure entraînante, ont probablement plu au public de l’époque qui pressentait un renouveau stylistique au service de l’expression et de l’élégance.


22.05.2006
Fanfare (U.S.A.)
Barry Brenesal
André-Ernest-Modeste Grétry (1741–1813) was best known for his numerous operas during his lifetime. He wrote little else after hitting his stride, so presumably this youthful collection of six quartets was intended as a group of musical calling cards; no other reason has been adduced for their existence. They take the form of the Parisian Quatuor concertant, in which all four instruments take an active and frequently equal part in the ensemble. Despite this, the shape of each quartet is unique, following the examples of Cambini and Boccherini: one, for example, is in two movements, its first an allegro sandwiching a minuet, while another quartet starts with a slow movement, moves to an allegro, and concludes with a fugue. The musical content in all cases is primitive for its time, far more so than the sophisticated quartets of Boccherini or Brunetti, with the fugue movements in particular on the level of short, competent, but uninspired student exercises. There’s even the possibility they were created as such, though as a whole these quartets aren’t without moderate charm.

The Quatuor Thaïs members adopt a vibratoless tone for these performances. They may also be using original instruments or modern copies, given the sound in particular of the cello and viola, but no information is provided on this. At times, I found their playing harsh and their phrasing wooden, but the more energetic galant movements (such as the central allegro to the First Quartet, and the final allegro to the Fifth) brought energy and thrust to their music-making. They still sound too impersonal, with little give-and-take among all four musicians, but they’re certainly owed points for investigating unusual repertoire.

Sound quality and balance between the instruments is very good; timings are on the short side. Recommended for those interested in the repertoire.



19.10.2005
La Libre Culture
Nicolas Blanmont
Quatuor Thaïs ***

On connaît André-Modeste Grétry (Liège, 1741 - Montmorency, 1813) comme compositeur d'opéra, mais sa musique instrumentale, peu abondante il est vrai, est bien moins fréquentée. Excellente idée qu'on eut donc les quatre cordes du Quatuor Thaïs que d'exhumer ces quatuors opus 3, oeuvres de jeunesse qui auraient pu être jouées lorsque le jeune musicien de vingt ans était parti étudier à Rome. Pas de la grande musique? Certes, Grétry n'est ni Mozart ni Haydn, mais il y a dans ces 6 quatuors de forme classique ici un sens remarquable de l'équilibre et une façon de faire chanter les diverses voix des instruments qui ne peuvent que séduire, surtout quand la musique est jouée avec une telle élégance et une telle aisance. (N.B.)



 
Musica Ficta Musica Ficta Musica Ficta