alt
alt Actualité alt Catalogue alt Collection alt Artistes alt Contact alt Newsletter alt
Catalogue alt alt
MF8019 | ACHETER
John Jenkins
Fantasias, Pavans & Airs in Four Parts
THE SPIRIT OF GAMBO
Freek Borstlap, dessus de viole
Gesina Liedmeier, viole ténor & dessus de viole
Thomas Baeté, viole ténor & basse de viole
Ivanka Neeleman, basse de viole
Haru Kitamika, orgue
La période comprise entre 1580 et 1650 peut être considérée comme l’âge d’or de la musique pour consort en Angleterre, non seulement par l’ampleur incroyable du répertoire composé à cette époque, mais aussi par son incomparable qualité.
Aucun artiste de ce siècle d’or ne brillât autant que John Jenkins, après la mort de son célèbre ami William Lawes.

The Spirit of Gambo se consacre en particulier à l’exécution de la musique pour consort, un genre musical principalement pratiqué dans le cadre familial ou entre amis. Cette tradition connut son heure de gloire au XVIIe siècle. De par sa qualité et son étendue, ce répertoire constitue une source d’une richesse quasi inépuisable pour un ensemble comme The Spirit of Gambo.
Leurs CDs furent critiqués avec enthousiasme et leur dernier enregistrement consacré à John Jenkins, Consort Music of Four Parts (Musica Ficta MF8011) fut couronné d’un prestigieux Diapason d’Or.
Au cours du temps, l’ensemble s’est constitué un instrumentarium unique destiné à révéler le caractère spécifique de la musique de consort. Leurs concerts et enregistrements peuvent être considérés comme une quête d’un monde de sonorités oubliées et d’atmosphères que l’on croyait définitivement perdues. Ils utilisent principalement des instruments de Gesina Liedmeier (membre de l’ensemble) qui produisent de douces tonalités qui se mêlent magnifiquement. Les archets sont des copies d’archets du XVIIe siècle réalisées par Gerhard Landwehr. Instruments et archets nous offrent une image sonore parfaitement équilibrée et détendue, la marque de fabrique de The Spirit of Gambo en quelque sorte.


03.08.2014
MusicWeb International
Jonathan Woolf
These first-class performances have been sensitively recorded in the Doopsgezinde Kerk, Haarlem, a frequent venue for early music. In every way this ensemble, with its odd name, is turning out outstandingly good discs.


 
Musica Ficta Musica Ficta Musica Ficta